Psychanalyse moderne, humaniste, empathie et accueil, tolerance et compréhension, écoute, aide

"Devenir Soi à Deux"

Psychanalyse empathique, moderne, humaniste.

Lecture conseillée:

"Fragments d'une psychanalyse empathique", Serge Tisseron

Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, trace le parcours de son aventure sur le divan. Cette exploration du soi, il l'a faite avec un analyste ayant appartenu à la troisième génération psychanalytique française , exerçant une psychanalyse ouverte et innovante.

Cet ouvrage raconte l'histoire d'une analyse chez un psychanalyste chaleureux et souriant.

Cet analyste c'était Didier Anzieu, il a su prendre en compte l'évolution des structures psychiques modernes.

Depuis la seconde moitié du xx° siècle, l'idée selon laquelle tous les êtres humains avaient besoin d'être sécurisés dans leur développement psychoaffectif précoce s'est imposée grâce aux psychanalystes anglo saxons comme Kohut, qui fut le premier à insister sur la sécurité interieure.

Bowlby, a beaucoup travaillé sur l'attachement, et a démontré que c'était bien notre capacité à entrer en relation avec autrui qui était en jeu dans la rassurance première de notre existance en tant qu'individu . 

Winnicott a repris et développé le concept de l'attachement et de l'importance de la qualité des premières inter actions avec l'Autre et l'environnement, via l'objet trasitionnel.

Ferenczi, puis Levinas ont eux aussi contribué à cette approche empathique et soutenante.

Serge Tisseron nous parle, en toute simplicité de son ressenti coté divan. Iil explique combien Anzieu savait voir et entendre, les mots, les émotions et comment il pouvait utiliser son empathie pour établir l'alliance thérapeutique.

Partant de la rencontre, la première impression, qui va connoter, déjà, la qualité de la relation transférentielle il rend compte de ce qui se passe dans un cabinet de psychanalyste humaniste.

Un psychanalyste qui répond aux questions, qui reflete les traversées émotionnelles et inconscientes de son patient.

Cet échange co-étaye le Moi carencé de celui qui souffre, venu consulté, faisant preuve d'un premier grand courage dans sa décision de se faire aider. Cela va permettre au patient de se voir et de se comprendre grâce au soutien et au retour de l'analyste.

Devenir soi à deux, transcrit très bien cette alliance inconditionnelle et confidentielle du psychanalyste envers son patient, relation à deux voix, même si , bien entendu, il ne s'agit pas du devenir du psychanalyste qui a travaillé sur lui avant d'être certifié psychanalyste, et qui, donc, n'advient pas dans cette relation, c'est du patient qu'il s'agit, c'est bien lui qui bénéficie de la relation univoque transférrentielle.

A lire d'urgence pour les futurs psychanalystes en ces temps de haine et d'incertitude pour s'assurer que nous sommes bien humains dans un monde de crise humaniste.

P2250092

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau